Ye! Enterprising Youth: Connect Series "Linking Young African Women Entrepreneurs with Investors"

[For the French version, please scroll down / Pour la version française, veuillez regarder plus bas]

This past Thursday, the Ye! held its second Enterprising Youth Connect series webinar, this time focusing on Linking Female Entrepreneurs with African Investors: Focus on Francophone West Africa. Organized in collaboration with ITC’s SheTrades initiative and African Business Angels Network (ABAN), this episode aimed to connect young entrepreneurs with angel and impact investors across the continent with a specific focus on addressing the concerns of young women entrepreneurs in French speaking W. Africa. The webinar was co-moderated by two young, successful women entrepreneurs: Florence Aizan, General Manager at AGF Enterprises, and Fanta Diaby, the Ye! Ambassador in Guinea and CEO of TOogueda.

The webinar brought together three esteemed African investors:

Each investor shed light on how young women entrepreneurs can attract investors and build resilience, in the Francophone African startup ecosystem, during and after the COVID-19 pandemic.

Let’s dive into some of the key takeaways and insights shared from the investors.

Good news - Investors are still investing in the midst of the current crisis!

All three investors confirmed that they continue to invest across the region, even during the current global pandemic. Each investor mentioned they have seen growing potential in specific sectors, such as health, e-education, telecommunication, and sophisticated modern agriculture. The emphasis on the above mentioned sectors demonstrates the increasing demand from markets and services that have been less or uninterrupted by the current pandemic.

The investors also highlighted how the current pandemic is presenting a number of opportunities for a return to local, bringing more emphasis on the need for locally based products and services to strengthen resilience again further crises. Prior to the pandemic, it was all about global, however, in the post covid world, local is getting renewed attention.

Mentioning tricky investment geographies and investor appetite to jump in, the investors expressed that, contrary to the common assumptions, that many investment opportunities are NOT defined exclusively by the local economy where your business is operating. In fact, the investors may evaluate on a case-by-case basis and feel confident to include the enterprises from some ‘problematic’ countries in their portfolio, i.e. Egypt (despite the repercussion on the economy from their civil and political unrest).

All these are encouraging messages for young women entrepreneurs, BUT…

The million-dollar question: are you investment-ready?

To address this question, each investor shared various strategies and critical insights into how young women entrepreneurs can become investment ready.

Practical advice to be investment ready:

1. Know your market and customer

You should have in-depth knowledge and up-to-date insights about the market(s) you are targeting, in terms of its trends, risks, and potential for growth. For instance, if you are pitching an application, any investor will ask about the existing market share of your competitors, the percentage of the population you are targeting that owns a smart phones, the number of existing paying customers, etc. These types of questions are standard for investors. They demonstrate you understand the market at present, and you understand where it is going in the future. Also critical to know is that during times of economic uncertainty, investors are even more risk averse than usual. Therefore, as a young entrepreneur, it is even more critical for you to ‘know you stuff’ to secure financing.

2. Every investor is different, it is up to you to do your research!

Depending on a variety of factors, such as their interest in certain sectors, target regions and more, you will need to ‘package’ your narrative accordingly. It cannot be stressed enough that you too must do your homework thoroughly before making any appointment with the investors! An investor is not simply an investor, just like dating, there is an investor out there that is right for you.

3. Your competitive advantage is key to securing investment

Irrespective of which investor you approach, you need to demonstrate your competitive advantage. Competitive advantage refers to factors that allow a company to produce products or services better or more cheaply than its competitors, and thus generate more sales or superior margins compared similar rivals.

Even if your business is at an early stage in development, this does not mean you have no competitive advantage or unique selling point! Some of the smallest and most disruptive companies in the world were able to target one specific advantage and exploit it! Take a second to think about your own business and what it brings to the market. Why should someone switch to your product or service? What do you do in an innovative or smarter way than those similar to you? Identify this and build your narrative around it. Understanding your competitive advantage, understanding your target market, and packaging your story accordingly are really the triple threat; know this like the back of your hand and investors will be forced to take you seriously.

4. Your personal capacity as a leader is another critical factor 

Both prior to the current crisis and after it inevitably passes, if you are able to demonstrate your capacity as a business leader, to construct a strong operational model, and to offer a product or service that the market demands, you already present a strong case to investors.

5. Look for someone to help you throughout your entrepreneurial journey

Entrepreneurship is tough! Especially when starting up or as a young business woman from a ‘traditional’ or more conservative society, you may feel to the pain of entrepreneurship. But it doesn’t have to be a lonely journey! Do not be afraid to ask for support. It is fundamental to have support. Each investor stressed that with all the emphasis on entrepreneurship today, there is really no reason to feel alone. Organizations abound that offer access to mentors, peer networks and support to guide you along your journey. In Francophone West Africa, there are a variety of organizations where you can find mentors, access co-working space, incubation programmes, acceleration, and more, to guide you through the journey and increase your competitiveness. For example, the Tony Elumelu Foundation, and L’Afrique Excelle, MEST, VC4A, and of course the Ye! Community with more than 100 experts and coaches.

Also, if you have already established some relationships with an investor, don’t hesitate to co-design or leverage their expertise to co-create the business plan with them, as it can significantly increase your chances of success in securing investment down the line.

6. Digitization is not a remedy-for-all!

It is true that the current pandemic has forced many business to go digital and start online sales. However, it may not be the best option for all businesses. Our investors reminded the entrepreneurs that you should look at the real demand and capacity from your market and clients, as well as taking into the consideration of the feasibility of your value chain. For instance, the digitization (including the digital marketing) of a small agricultural company, who directly produces goods to local market, can be costly and disruptive for their business.  

Finally, young women entrepreneurs, be confident and believe in yourself!

It is a bit shocking to see how few qualified women entrepreneurs are candidates for our investments” said Hannah Subayi.

Many women in business tend to be shy about directing their companies. However, as a business leader, you are a professional and it is up to you to position yourself as such. Get ready to fight for yourself and your business throughout this tough journey. You got here because you are tough! Do not forget that in difficult times. And of course, don’t be afraid of taking risk and making mistakes. This is part of the entrepreneurship journey. As they say in Silicon Valley, fail fast and fail often because after you get back up even stronger!

Let’s end with a word from Amy Sarr Fall- a successful female entrepreneur and leader from Senegal:

Young women, believe in your potential and yourself to see the future, not from a perspective of contemplation, but of construction.”

Watch the full recording of the episode two, Entrepreneuriat Jeune: Connecter des jeunes femmes entrepreneures avec les investisseuses Africains here.

Create your Ye! profile here and benefit from a wide range of resources and support that we offer! Don’t forget to register for our next webinar.

------------------------------------------------------------------------------

[Version Française]

Jeudi dernier, Ye! a présenté son deuxième Webinaire de la série Connection des jeunes entrepreneurs, mettant l’accent sur Connecter les jeunes femmes africaines entreprneures avec des investisseuses : Focus sur l’Afrique de l’Ouest francophone. Organisé en collaboration avec l’initiative de l’ITC SheTrades et African Business Angels Network (ABAN), cet épisode avait pour objectif de connecter les jeunes entrepreneurs avec de potentiels investisseurs d’impact à travers le continent avec un objectif spécifique de répondre aux préoccupations des jeunes femmes entrepreneures des pays francophones d’Afrique de l’ouest. Le webinaire était co-animé par deux jeunes entrepreneures qui ont réussi : Florence Aizan, Directrice générale d’AGF Enterprises, et Fanta Diaby, Ambassadrice de Ye! en Guinée et CEO de TOogueda.

Le webinaire a réuni trois prestigieuses investisseuses africaines :

Chaque investisseuses a mis en lumière comment les jeunes femmes entrepreneures peuvent attirer des investisseurs et renforcer leur résilience, dans l’écosystème des jeunes entreprises francophones africaines, pendant et après la pandémie de COVID-19.

Examinons certains des principaux points à retenir et points de vue partagés par les investisseuses.

Bonne nouvelle – Les investisseurs continuent d’investir, même au plus fort de cette crise !

Les trois investisseuses ont confirmé qu’elles continuent d’investir dans toute la région, et ce, même pendant la pandémie mondiale actuelle. Chaque investisseuse a mentionné avoir constaté un potentiel croissant dans certains secteurs, comme la santé, l’éducation en ligne, les télécommunications et l’agriculture moderne et sophistiquée. L’accent mis sur les secteurs mentionnés ci-dessus démontre la demande croissante des marchés et des services qui ont été les moins impactés par la pandémie actuelle.

Les investisseuses ont également souligné que la pandémie actuelle présente un certain nombre d’opportunités pour un retour au local, mettant davantage l’accent sur le besoin de développer des produits et services locaux; les investisseuses ont aussi souligné comment la pandémie actuelle présente un certain nombre d’opportunités pour un retour à la résilience locale pour faire face à de nouvelles crises. Avant la pandémie tout était de l’ordre de la globalisation, alors que dans le monde de l’après-Covid-19, le secteur local reçoit de plus en plus d’attention.

Lors de la mention des investissements géographiques à risque et de l’appétit des investisseurs à participer, les investisseuses ont exprimé que, contrairement aux idées reçues, de nombreuses opportunités d’investissement ne sont pas définies exclusivement par l’économie locale où l’entreprise opère. En réalité, les investisseuses évaluent au cas par cas les opportunités et peuvent inclure les entreprises de certains pays « problématiques » dans leur portefeuille, par exemple l’Egypte (malgré les répercussions sur l’économie des troubles civils et politiques).

Tous ces messages sont encourageants pour les jeunes femmes entrepreneures, MAIS…

La question à un « million de dollar » est : êtes-vous prêt à investir ?

Pour répondre à cette question, chaque investisseuses a partagé plusieurs stratégies et idées critiques sur la façon dont les jeunes entrepreneures peuvent devenir prêtes pour des investissements

Conseils pratiques pour être prêt à investir :

1. Connaitre son marché et la clientèle

Il faut des connaissances approfondies et des renseignements à jour sur le(s) marché(s) cible(s), en termes de tendances, risques, et potentiel de croissance. Par exemple, si vous présentez une demande, n’importe quel investisseur vous demandera quelle est la part de marché actuelle de vos concurrents, le pourcentage de la population que vous ciblez qui possède un smartphone, le nombre de clients qui paient, etc. Ce genre de questions est la norme pour un investisseur. Elles démontrent votre compréhension du marché actuel, et la tendance pour le futur. Il est également essentiel de savoir qu’en période d’incertitude économique, les investisseurs sont encore plus réticents au risque qu’habituellement. Par conséquent, en tant que jeune entrepreneure, il est encore plus essentiel que vous « sachiez ce que vous faites » pour obtenir un financement.

2. Chaque investisseur est différent, c’est à vous de faire vos recherches!

Selon divers facteurs, comme leur intérêt pour certains secteurs, les régions cibles et autre, vous devrez « adapter » votre exposé en conséquence. On ne saurait trop insister sur le fait que vous aussi devez être préparé avant de prendre un rendez-vous avec les investisseurs ! Un investisseur n’est pas seulement un investisseur, tout comme un rendez-vous , il existe un investisseur parfait pour vous quelque part.

3. Votre avantage comparatif est essentiel pour garantir l’investissement

Quel que soit l’investisseur que vous approchez, vous devez démontrer votre avantage concurrentiel. L’avantage concurrentiel fait référence à des facteurs qui permettent à une entreprise de produire des produits ou des services meilleurs ou moins chers que ses concurrents et de générer ainsi plus de ventes ou de marges supérieures par rapport à des concurrents semblables.

Même si votre entreprise est à un stade précoce de développement, cela ne signifie pas que vous n’avez aucun avantage concurrentiel ou point de vente unique ! Certaines des entreprises les plus petites et les plus perturbatrices au monde ont pu cibler un avantage spécifique et l’exploiter ! Prenez une seconde pour réfléchir à votre propre entreprise et à ce qu’elle apporte au marché. Pourquoi quelqu’un devrait-il changer pour votre produit ou service ? Que faites-vous d’une manière novatrice ou plus intelligente que vos paires ? Identifiez-le et construisez votre analyse autour de ce point. Comprendre votre avantage concurrentiel, comprendre votre marché cible, et construire votre histoire en conséquence font vraiment partie de la triple menace ; avoir cela comme fondement fait que les investisseurs vous prendront au sérieux.

4. Votre capacité personnelle de leader est un autre facteur critique 

Avant et après la crise actuelle, si vous êtes en mesure de démontrer votre capacité en tant que chef d’entreprise, de construire un modèle opérationnel solide et d’offrir un produit ou un service que le marché exige, vous présentez déjà un dossier solide pour les investisseurs.

5. Cherchez quelqu’un pour vous aider tout au long de votre parcours entrepreneurial

L’entrepreneuriat est difficile! En particulier lorsque vous démarrez une entreprise ou en tant que jeune femme d’affaires issue d’une société « traditionnelle » ou plus conservatrice, vous pouvez ressentir la douleur de l’entrepreneuriat. Mais cela ne doit pas être une traversée en solitaire! N’ayez pas peur de demander de l’aide. C’est fondamental de se sentir soutenu. Chaque investisseur a souligné qu’avec tout l’accent mis sur l’entrepreneuriat aujourd’hui, il n’y a vraiment aucune raison de se sentir seul. Nombreuses sont lesorganisations qui offrent un accès à des mentors, des réseaux de pairs et du soutien pour vous guider tout au long de votre parcours. En Afrique de l’Ouest francophone, il existe une variété d’organisations où vous pouvez trouver des mentors, accéder à des espaces de travail partagé, des programmes d’incubation, d’accélération, et plus encore, pour vous guider tout au long du parcours et augmenter votre compétitivité. Par exemple, la Tony Elumelu Foundation, et L’Afrique Excelle, MEST, VC4A, ainsi que bien sûr la Ye! Community avec plus de 100 experts et coachs.

En outre, si vous avez déjà établi des relations avec un investisseur, n’hésitez pas à co-concevoir ou à tirer parti de son expertise pour co-créer le plan d’affaires avec lui, car il peut augmenter considérablement vos chances de succès dans la sécurisation de l’investissement à long terme.

6. La digitalisaton n’est pas un remède pour tous !

Il est vrai que la pandémie actuelle a forcé de nombreuses entreprises à passer au numérique et à se lancer dans des ventes en ligne. Cependant, ce n’est peut-être pas la meilleure option pour toutes les entreprises. Nos investisseurs ont rappelé aux entrepreneurs qu’il faut examiner la demande réelle et la capacité du marché et de la clientèle, mais aussi prendre en considération la faisabilité de la chaîne de valeur. Par exemple, la digitalisation (y compris la commercialisation numérique) d’une petite entreprise agricole, qui produit directement des biens sur le marché local, peut être coûteuse et perturbatrice pour l’entreprise.

Au final, jeunes femmes entrepreneures, ayez confiance et croyez-en vous !

« Il est un peu choquant de voir si peu de femmes entrepreneures qualifiées candidates à nos investissements. » dit Hannah Subayi.

Beaucoup de femmes d’affaires ont tendance à hésiter pour diriger leur entreprise. Cependant, en tant que cheffe d’entreprise, vous êtes une professionnelle et c’est à vous de vous positionner en tant que tel. Préparez-vous à vous battre pour vous-même et votre entreprise tout au long de ce parcours difficile. Vous êtes ici parce que vous êtes forte ! N’oubliez pas cela dans les moments difficiles. Et bien sûr, n’ayez pas peur de prendre des risques et de commettre des erreurs. Cela fait partie du parcours de l’entrepreneuriat. Comme on dit dans la Silicon Valley, échouez rapidement et échouez souvent parce qu’après vous reviendrez encore plus fort !

Terminons par une phrase d’Amy Sarr Fall-, une entrepreneure et dirigeante sénégalaise à succès :

« Jeunes femmes, croyez en votre potentiel et en vous afin de voir l’avenir, non pas dans une perspective de contemplation, mais de construction. »

Regardez l’enregistrement complet de episode two, Entrepreneuriat Jeune: Connecter des jeunes femmes entrepreneures avec les investisseuses Africains ici.

Créez votre profil Ye! ici et bénéficier d’une large gamme de ressources et soutien !

N’oubliez pas de vous enregistrer pour notre prochain webinaire.

hLt67t7.jpeg

Other news